Print Friendly

Une démarche communautaire : principes de base

Une démarche communautaire pour construire des écoles plus sûres s’appuie sur  cinq principes qui servent de vecteurs du projet du début à la fin. Deux autres bonnes pratiques permettent également d’affirmer l’impact de la démarche.

Principes à suivre en permanence

1. Construire des écoles sécurisées et renforcer les écoles fragiles

Les écoles doivent être conçues et construites pour assurer la protection des écoliers et du personnel. Lorsque des installations sont dangereuses, il faut les identifier, en hiérarchiser la priorité et les renforcer. Toutes les personnes concernées doivent privilégier la sécurité avant toute préoccupation de coûts et de délais. Tous doivent faire de la sécurité leur priorité en veillant à ce que la construction satisfasse des normes de qualité élevées. Sans ces normes, des vies sont mises en cause et financement et efforts sont gaspillés.
 

2. Travailler en partenariat

 
Une démarche communautaire consiste à élaborer un accord entre le maître d’ouvrage du projet (promoteur immobilier ou pouvoirs publics) et la collectivité locale. Les organismes de développement et les pouvoirs publics peuvent aider les collectivités à comprendre les risques propres à la région, les modèles qui résistent aux aléas et les techniques de construction efficaces. Les collectivités connaitront les aléas de la région, les conditions du site et les matériaux disponibles. Ce sont elles qui connaissent le mieux les méthodes locales de construction. Tous les participants doivent apprendre les uns des autres : les maîtres d’ouvrages doivent éviter les participations de pure forme et les collectivités scolaires doivent pouvoir participer pleinement à l’Approche intégrée de la sécurité à l’école.

3. Prévoir la supervision technique

Lorsqu’elle est réussie, la construction d’écoles plus sûres élargit les capacités de la communauté. Si les entreprises de construction locales acquièrent de nouvelles compétences techniques, les spécialistes techniques conservent un rôle important. Le maître d’ouvrage doit veiller à ce que la conception et la construction respectent les bonnes pratiques qui garantissent une construction plus sûre (résistante aux aléas). Lorsqu’il y a peu de compétences sur le plan local, le maître d’ouvrage doit les développer en rapprochant la collectivité d’experts externes.

4. S’appuyer sur le savoir local

La construction d’écoles plus sûres doit s’appuyer sur le savoir local et non le remplacer. Le choix du site, la conception et la construction doivent correspondre aux habitudes locales, avec de légères modifications pour y intégrer la sécurité. Ainsi les collectivités pourront adapter les bonnes pratiques aux méthodes existantes et les appliquer sur d’autres chantiers.
 

5. Renforcer les compétences et améliorer les moyens d’existence

La construction d’écoles plus sûres fournit un bon terrain de formation pour acquérir des compétences nouvelles. Les chantiers doivent encourager la formation des entrepreneurs locaux qui ont besoin d’acquérir des techniques pour sécuriser les constructions. Une fois formés, ces travailleurs pourront même proposer leurs compétences sur le marché. Les constructions d’écoles plus sûres peuvent aussi améliorer les compétences du personnel technique travaillant pour les autorités locales qui en supervise la conception et la construction. Leur participation à tous les projets – petits et grands – peut susciter de l’intérêt pour les démarches communautaires. Elle peut encourager les pouvoirs publics nationaux à faire face à leur obligation de prévoir des écoles plus sûres pour toutes les collectivités.
 

Des bonnes pratiques qui se répercutent

1. Encourager une culture de la sécurité

Les projets de construction d’écoles plus sûres sensibilisent la collectivité aux aléas et à la prévention des risques. Une fois la construction terminée, la création de comités de gestion des catastrophes en milieu scolaire et l’introduction de la prévention des risques dans les programmes scolaires peuvent encourager la collectivité à rechercher une culture de la sécurité.

2. Renforcer le sens des responsabilités

Il est souhaitable que les maîtres d’ouvrage qui travaillent à la construction d’écoles plus sûres mettent au point des normes et méthodes standards qui facilitent la diffusion des aspects réussis de la démarche communautaire. C’est aussi une forme d’engagement public envers la sécurité en milieu scolaire et une méthode pour suivre les progrès réalisés par rapport à des objectifs mesurables.

NepalAustraliaFrenchSaudi ArabiaSpain